Déjeuner de presse de l’association Artémisia


Déjeuner de presse de l’association Artémisia

mis en ligne le 11 décembre 2009

De gauche à droite : Martine Huet, Thierry Groensteen, Chantal Montellier, Lili Sztajn, Valérie de Saint-Do, Yves Frémion, Carole Schilling, Miles Hyman.

En ouverture du déjeuner de presse qui s’est tenu le 10 décembre en présence du jury d’Artémisia, la créatrice de l’association "pour la promotion de la bande dessinée féminine", Chantal Montellier, en rappelle le projet et les missions :

" “J’ai fait un rêve”, moi aussi. J’ai rêvé d’une mixité des genres, notamment dans le domaine des images, quelles soient ou non narratives, de cinéma ou de bande dessinées.

Le cinéma, notre hôte Jean-Michel Arnold, (voir Wikipédia), sait bien que ce n’est pas un art qui se conjugue facilement au féminin, et qu’il faut chercher longtemps dans l’histoire du genre avant de trouver des noms de femmes de la taille de ceux de Méliès, Eisenstein, Félini, Bunuel, Georges Lucas...

C’est la décennie d’après 68 qui a amorcé un processus de féminisation dans le mode de la création visuelle. C’est elle qui a eu le mérite d’apporter quelques alternatives à la représentation dominante des sexes et des rapports de sexe, à l’écran et ailleurs. C’est cette décennie qui a permis de donner une voix à des personnages féminins différents des traditionnelles maman, vamp et putain.

C’est seulement après 68 que certains noms de femmes ont commencé à émerger. Un cinéma lié a ce qu’on appellera dans les années 70 « le cinéma des femmes ». Des noms apparaissent alors, qui illustrent chacun à leur manière une nouvelle façon de “tourner” : Agnès Varda, Coline Serreau, Nelly Kaplan, et plus tard Sophia Coppola, Jane Campion...

Par rapport à ce mouvement, la “bd des femmes”, elle, reste à faire, même si les années 70 l’ont aidée à apparaître et à s’affirmer. La revue “Ah ! Nana” publiée par les Humanoïdes associés y a contribué, mais elle tomba sous les coups de la censure au 9e numéro, pour une pornographie qu’elle ne contenait pas. La perte de ce support condamna certaines dessinatrices à retourner à la bd pour enfant, territoire assigné aux femmes. Cependant, quelques noms de bédéastes ont réussi à émerger, comme ceux de Claire Brétécher, Nicole Claveloux ou Annie Goetzinger...(et aussi le mien).

Aujourd’hui en France, si des talents féminins apparaissent chaque jour dans le 9e art, ils sont hélas trop souvent prisonniers des représentations dominantes, comme on a pu, pendant trois ans, en faire le constat au sein d’Artémisia. Cela nous semble être un recul par rapport aux années du féminisme.

A l’heure ou nous sommes, l’imaginaire et les images des femmes semblent être toujours à libérer, toujours à connaître et reconnaître, toujours à intégrer, et nous y travaillons.

Il nous semble que l’émancipation des femmes passe par la libération de leur imaginaire, y compris dans les arts narratifs. Certes cela ne va pas sans risque puisque, comme l’écrivait si bien la trop obscure Marie Bashkirtseff, peintre et dessinatrice géniale, doublée d’un excellent écrivain, mais morte trop jeune hélas : “La femme qui s’émancipe ainsi (par la création artistique), surtout si elle est jeune et jolie, devient immédiatement une créature singulière, remarquée, blâmée, toquée, et, par conséquent, encore moins libre qu’en ne choquant pas les usages idiots de la société.”

C’est contre ces “usages idiots”, qui ne cessent pourtant de se reproduire, que veut se battre Artémisia, placée sous le double patronage de l’artiste caravagesque Artémisia Gentileschi et de la déesse des femmes, Artémis, qui veille avec arcs et flèches sur les zones de passage et nous l’espérons, sur celle-ci."

Pour Artémisia

Chantal Montellier.

Chantal Montellier et Thierry Groensteen.

De gauche à droite : Martine Huet, Thierry Groensteen, Chantal Montellier, Lili Sztajn, Valérie de Saint-Do, Yves Frémion, Carole Schilling, Miles Hyman.

De gauche à droite : Thierry Groensteen, Martine Huet, Chantal Montellier, Lili Sztajn, Valérie de Saint-Do, Yves Frémion, Carole Schilling, Miles Hyman.

Sur la photo, Jean-Pierre Dionnet, éditeur de bande dessinée (avec les bras croisés), et Michel-Edouard Leclerc, mécène de l’association (avec une chemise bleue).

Chantal Montellier.